Capsule ZD – La salle de bain – Partie 2

Alors on poursuit la capsule zéro déchet dans la salle de bain, pour parler de déodorant, de coton-tige, d’ongles, de trousse de premiers soins, de lotions solaires, de mouchoirs et de papier de toilette, un de mes sujets préférés !

Un gros merci à ma camérawoman extraordinaire : Joanie

Un merci aussi à notre assistante Rosalie 😊

Le déodorant

Le déodorant, c’est quelque chose de très particulier et très personnel. Point de vue zéro déchet, on en trouve en vrac, comme par Rose Citron. Atoca propose un produit dans un emballage écoresponsable, alors que la Savonnerie des Dilligences propose un contenant consigné ou réutilisable dans leur collection ZD. Il y a quelques alternatives, allez fouiner dans votre boutique écoresponsable ou de produit en vrac. On trouve aussi des recettes en ligne, encore là avec des ingrédients de base, très simples : fécule de maïs, bicarbonate, huiles essentielles et compagnie… Quelques petites recettes par des gens que j’aime et j’admire juste ici : les Trappeuses et le duo derrière Dans le sac.

Par contre, ce qui arrive avec le déo, il faut trouver ce qui va fonctionner pour vous. On a chacun notre flore d’aisselles, qui ne va pas réagir de la même façon au produit. Même si vous achetez des déos plus écoresponsables dans des boutiques spécialisées, ça se peut que pour vous, il ne fonctionne pas. Il ne faut pas penser que le produit n’est pas bon, juste penser que le produit n’est peut-être pas adapté pour vous. Mais on dit en plus que ça se peut que votre flore change. Vous pourriez le garder quand même puis peut-être dans trois mois, dans six mois, il va fonctionner pour vous.

Personnellement, j’utilise la pierre d’alun. C’est un solide un peu cassant, qu’il ne faut pas échapper. On le mouille tout simplement avant d’appliquer sous les aisselles. Ça fonctionne très bien pour moi la grande majorité des jours et c’est hyper durable. Après deux ans d’utilisation quasi quotidienne — des fois j’oublie d’en mettre ! – le produit a à peine réduit de taille. Très économique donc, et seulement un petit emballage initial.

Il faut à tout prix éviter les antisudorifiques, qui contiennent souvent de l’aluminium, qui va venir boucher les pores, et ça, ce n’est vraiment pas bon pour notre système et ça pourrait même être lié à la formation de cancers. Même les déodorants commerciaux peuvent contenir des produits chimiques nocifs comme des fragrances. Dirigez-vous minimalement vers des produits plus naturels, pour votre santé !

Les cotons-tiges et autres produits pour oreille

Qu’on se le dise, la vraie solution zéro déchet pour les oreilles, c’est l’oriculi. Un outil réutilisable, qui nous permet de venir gratter notre beau cérumen.

Mais moi, j’éprouve un plaisir palpable lorsque, sortant de la douche après m’être lavé les cheveux, je peux m’éponger les oreilles avec des cotons-tiges en coton bio… Aahhhh la satisfaction. J’opte donc pour cette alternative, ayant la conscience tranquille de pouvoir mettre les cotons-tiges au compost par la suite, avec un emballage en carton recyclable.

Par contre, je pense que n’importe quel coton-tige avec des tiges en carton serait compostable. Mais éviter ceux avec des tiges en plastique.

Les ongles

Pour les soins des ongles, on a des coupe-ongles et des limes. Il y a quelques années, j’ai fait une petite folie en m’achetant une lime en cristal. Théoriquement, je l’ai pour le restant de mes jours.

Je ne me maquille pas, alors vous vous douterez que je ne vais pas me faire faire les ongles non plus. C’est une pratique qui utilise des produits chimiques nocifs pour la planète et notre santé. Rien n’empêche qu’il m’arrive de vouloir être plus coquette. Je me suis donc acheté ce polisseur d’ongles qui permet d’obtenir un fini luisant hyper intéressant et facile.

J’admets avoir gardé quelques vieux vernis à ongles. J’ai une bulle au cerveau annuelle pour un événement quelconque…. Puisque c’est si ponctuel, je n’ai jamais investi pour acheter des vernis à ongles plus écoresponsable et sains. On trouve quelques alternatives sur le marché, entre autres avec les produits Bkind et Maison Jacynthe. Un petit lien pour d’autres options ici.

La trousse de premiers soins

Notre trousse de premiers soins à la maison est très maigre, et c’est ben correct comme ça ! On a quelques produits du commerce, comme des cachets d’ibuprofène et d’acétaminophène, quelques vieux diachylons de l’époque pré ZD, un onguent de vitamine E et un Neti Pot (pot de Neti)! Petit objet pour aider à nettoyer nos sinus…

Et on utilise heureusement rarement tout ça. On touche du bois — on a une bonne santé et on passe ici plutôt par la prévention. À la base, une alimentation saine, un rythme de vie équilibré, suffisamment d’activité physique, du repos…. pas d’enfant, ça aide aussi 😛

En cas de problème, je me tourne aussi vers des alternatives plus naturelles : naturopathie, herboristerie, ostéopathie, chiropratique, acupuncture, massothérapie, aromathérapie… Béa Johnson propose une foule de solutions maison fort intéressantes dans son livre et il y a une foule de recettes et d’inspiration sur internet…. Et les sorcières derrière les Trappeuses ont plusieurs suggestions pour nous !

Ne négligez pas votre santé !! Elle est si précieuse. Il faut écouter notre corps, ce qu’il nous dit, les symptômes, mais identifier les causes et apporter des solutions pour corriger le problème à la source. Si la médecine traditionnelle actuelle veut guérir les symptômes, je pense qu’il est de notre responsabilité d’aller plus loin et de régler le problème à la source. Cela peut nécessiter plus de temps et d’effort que le quick-fix acheté en pharmacie, mais on en tirera de plus importants bénéfices !!

La protection solaire

La protection solaire est un produit important du point de vue environnemental. Il faut comprendre que les produits du commerce proposent pour la plupart une barrière chimique aux rayons du soleil. Par leur composition, ces produits sont nocifs pour nous et très dommageables pour la planète. L’utilisation abusive des écrans solaires chimiques cause de gros problèmes, entre autres pour la barrière de corail.

On se tourne donc vers des alternatives plus naturelles, qui utilisent habituellement l’oxyde de zinc ou le dioxyde de titane. Lorsqu’on applique la crème solaire, elle sera plus blanchâtre. Mais en contrepartie, sont effet dur beaucoup plus longtemps et est résistant à l’eau. On peut aussi l’utiliser chez les enfants.

On retrouve maintenant l’oxyde de zinc en vrac, on peut en ajouter à notre lotion de base ou sinon s’inspirer de recettes sur internet, comme celle-ci. Et j’ai peut-être déjà vu de la crème solaire en vrac, souvenir flou, sinon je suis sûre que ça ne devrait pas tarder.

Les mouchoirs

Moi, je suis une moucheuse compulsive. Je me mouche même si c’est pour éliminer une impression d’humidité nasale légère…. Je passais donc beaucoup de mouchoirs avant ! Maintenant, on doit être à 2 boîtes par année ! J’ai changé pour des mouchoirs réutilisables. J’en traine toujours un sur moi. On peut les acheter du commerce, comme ceux de Oko Creation, mais on peut aussi sortir notre machine à coudre et s’amuser un peu !

On peut donc varier les motifs du tissu, l’épaisseur du tissu (le tissu de chemise a une épaisseur optimale pour moi !), la grosseur, selon notre convenance. Pour quelques dollars de tissus, on peut se faire une belle quantité de mouchoirs. Et pourquoi ne pas revaloriser de vieux vêtements qu’on ne porte plus ?

Les petits paquets de mouchoirs sont remplacés par les mouchoirs réutilisables, ou sinon je prépare un petit sac de mouchoirs que je plie et mets dans un sac style Ziploc.

On garde quelques boîtes à la maison, pour les invités et les petites urgences. On favorisera les mouchoirs en fibres recyclées, sans produit ajouté.

Le papier de toilette

Dans cette parution, je vous parle fièrement de ma transition facile vers l’utilisation du papier de toilette réutilisable, et de toute la fierté que cela me procure !! On peut en acheter sur le commerce, comme par 4moustiqueS, réversibles, super cool ! Sinon, on se le fabrique soi-même, avec de la flanelle : on peut varier les motifs, les formats….

Et pour les plus gros travaux, j’opte pour le papier de toilette Cascade en fibres 100 % recyclées, moka, non traité.

En plus, j’ai réalisé récemment que l’emballage en papier qui recouvre le rouleau de papier de toilette pouvait me servir parfaitement bien pour tapisser le fond de mon bac de compost ! Je suis bien fière de mon idée ! Lorsqu’on applique la pensée zéro déchet, dès qu’on se retrouve avec un déchet entre les mains, on développe le réflexe de se dire : « qu’est-ce que je peux faire pour revaloriser cette matière-là ? » Ça dépend beaucoup de notre motivation : on peut se mettre à trier et à trouver des gens qui vont vouloir reprendre nos matières. Il faut faire un effort, mais je pense que ça peut vraiment valoir la peine, sachant qu’on pose des gestes concrets pour réduire notre production de déchet et refaire nos paradigmes de consommation. Mes rouleaux de papier de toilette, je les accumule et je pourrai aller les porter à une garderie (pour les petits artistes) !

Donc, pour la salle de bain, on n’a pas plus de produits que ça. Au fil des années, j’ai vraiment épuré, en ne gardant que l’essentiel et en éliminant les produits chimiques au maximum. Ce qui ne me servait plus, je l’ai donné à des gens qui allaient vouloir les réutiliser. Si vous avez beaucoup de produits à donner, pensez à des organismes venant en aide aux personnes en situation d’itinérance ou en difficultés.

Je ne parle pas de protection hygiénique. La coupe menstruelle fait partie de ma vie depuis si longtemps que j’ai oublié l’existence des tampons et serviettes du commerce…. Pour l’environnement, le bien-être de votre portefeuille et pour le confort (++), je vous encourage à essayer le produit. L’investissement initial est à considérer, mais le produit se rentabilise rapidement. On opte aussi pour les serviettes et protège-dessous réutilisables, que l’on fait soi-même ou qu’on achète d’un artisan local comme : Oko Creation, Terrabella, Marie Fil ou on opte pour les culottes menstruelles de Mme L’Ovary !!


De façon générale, voici mes boutiques et épiceries ZD pref ! N’hésitez pas à me dire si vous voulez que j’en ajoute à la liste !

L’Escale verte — Ahuntsic

L’épicerie Bio Vrac & Bocaux — Rosemont

La Mistinguette — Verdun

Espace Organique — Longueuil

La réserve Naturelle — Rosemont

L’épicerie Loco — Villeray, Verdun et Brossard

La vente en ligne

Ecolocado

Maman vire au vert

La vente en ligne avec livraison à vélo!!

Vrac sur roues

Et si vous avez des questions, je reste bien sûr disponible !

Bonne démarche zéro déchet !!

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s