À la femme en chacun de nous

Bon bon bon… je vous ai promis des capsules zéro déchet dans les prochains jours, et là je tarde… parce que vous savez… la vie !

On jongle à plusieurs balles : celles des sphères professionnelles, des relations amoureuses, des relations amicales, des obligations domestiques, des aléas et imprévus… et qu’il faut aussi trouver du temps pour soi, pour nos loisirs, pour se reposer et prendre soin de nous, pour notre santé mentale, pour notre blogue….

Pas assez de temps pour monter la prochaine capsule donc, mais je tenais à vous écrire aujourd’hui, car c’est une journée un peu particulière. La journée internationale de la femme. Nous en voici à la 108ième édition, et malgré tout, il y a encore beaucoup à faire pour la revendication des droits de la femme et pour contrer les inégalités et les iniquités par rapport aux hommes…

Il ne devrait pas y avoir un si grand clivage entre « femmes » vs « hommes », car au fond, ce n’est qu’une différence d’un chromosome sur nos 23 paires… le reste, c’est pareil. Et au final, ne sommes-nous pas tous de la même énergie, la même force vitale ? N’avons-nous pas toutes les mêmes aspirations profondes, dans la quête du bonheur et du bien-être ?

Dans la philosophie chinoise du yin et du yang, il y a à travers chaque être la manifestation de ces dualités. Le Yang, c’est le principe masculin, le soleil, la chaleur, la force, l’élan… Le Yin, c’est le principe féminin, la lune, la fraicheur, la douceur, la réceptivité….

Je suis biologiquement femme, certes. Mais j’ai grandi en valorisant les qualités Yang. Ce n’était pas une réflexion consciente, mais plutôt, un désir de plaire à mes parents et de me conformer aux exigences de la société, qui préconise le dépassement de soi, la compétitivité, la performance, le perfectionnement et le perfectionnisme malsain, même si cela peut mener sur des chemins de violence. J’ai fait du mal à d’autres, par sabotage, pour les rabaisser, pour les blesser. Parce que, tristement, à marcher sur les autres, on se sent parfois plus grand…

Pendant de nombreuses années, j’ai voulu être une professionnelle accomplie, à la quête d’un salaire de plus en plus important, d’un poste plus haut gradé. Mais je n’étais pas heureuse dans ce rôle. Même si j’étais bonne pour manipuler, convaincre, contraindre, forcer, blesser, il y eut un temps de réflexion où j’ai décidé que je ne voulais plus faire de mal aux autres. Alors j’ai changé. Et je suis toujours en changement.

Au fil de mes lectures, de mes découvertes, de mes apprentissages dans la grande expérience de ma vie, j’ai compris que j’avais valorisé les aspects dits « masculins » de l’existence, tant prisé par notre société. C’est la « domination » masculine forte qui a mené au modèle sociétal capitaliste et assez barbare que nous connaissons aujourd’hui, où nous devons encore avoir une journée de sensibilisation pour les droits des femmes. Et que malgré les 107 éditions précédentes, il y a encore des pays où les femmes sont considérées comme inférieures, juste parce qu’elles sont femmes, il y a encore des viols, des violences, des sévices… il y a encore des abus de pouvoir, d’influence, des iniquités dans les droits, les salaires, les avantages…

Et j’ai compris que ce que je voulais pour moi, pour notre terre, pour toute la population, c’était autre chose.

De laisser place à la douceur et la bonté de l’aspect féminin. Car après tout, c’est cet aspect qui rend possibles notre existence et notre reproduction depuis des millénaires. La mère porte l’enfant et donne la vie. La mère nourrie, protège, élève, encadre, berce et soigne. La mère, c’est la première chose que nous connaissons et je pense que nous sommes très nombreux à rechercher le doux réconfort de nos neuf premiers mois de vie, bien au chaud et encore protégé de la vie.

Progressivement, j’ai fait plus de place au Yin dans ma vie. Au lieu de mettre de l’avant la femme forte et « dominante », j’ai laissé place à la bonté, à la tendresse, à la vulnérabilité, à une plus grande ouverture, à plus d’empathie, moins de mépris, moins de jugement. J’ai délaissé des habitudes et comportements « masculins » qui me laissent avec des impressions douces-amères — une victoire emportée dans la violence est-elle une réelle victoire ? Et petit à petit, je me suis transformé en une meilleure personne. Meilleure parce que je fais moins de mal à d’autres — même si ça arrive encore, volontairement ou non… Meilleure parce que je me sens me rapprocher de moi-même, de mes désirs et aspirations profondes, de la douceur et du réconfort que je cherche à vivre pour moi et à partager avec les autres.

Je ne dis pas que l’énergie masculine est mal : elle est vitale, et essentielle pour trouver notre équilibre. Mais je pense sincèrement que l’heure est à l’énergie féminine, que nous avons tous besoin et recherchons tous — consciemment ou non — à amener de la délicatesse et de la fraicheur dans nos vies.

L’aire est au changement. Ce n’est pas tant un choix qu’une réalité. Et je pense que de laisser plus de place au féminin en nous, en chacun de nous, femme et homme (et toutes les autres possibilités de ce spectre…) transformera le monde.

Ce sera un monde plus ouvert, plus tendre, plus uni, compréhensif et respectueux. Et cette ouverture deviendra une force collective, non pas basée sur la violence et la peur, mais plutôt sur l’amour et la bienveillance.

La vie sur terre sans le soleil ne serait pas possible.

La vie sur terre sans la lune ne serait pas possible.

Aujourd’hui, célébrons le féminin en chacun de nous.

Bonne réflexion, responsabilisation et rayonnement. Bonne journée de la femme !

Namaste,

Valérie

Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l’entraide et la solidarité visant à un but commun : l’épanouissement de chacun dans le respect des différences.

– Françoise Dolto

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s